Irak : premières avancées du projet mené avec la Fondation du Dr Denis Mukwege

Près d’un an après l’annonce de sa collaboration avec la Fondation du Dr Denis Mukwege (basée en RDC), la Fondation Sanofi Espoir est en mesure de présenter de premières avancées en Irak. Le partenariat a pour but de mettre en place des soins holistiques, à destination des survivants yazidis, victimes de violences et d’esclavagisme sexuels. Rappelons qu’en 2014, la communauté yazidie originaire de Sinjar, au nord-ouest de l’Irak, a été la cible d’une attaque de l’état islamique. Contrainte au déplacement forcé, la population yazidie a trouvé asile dans des camps de réfugiés. Selon les estimations, 2 600 femmes et filles yazidies étaient toujours portées disparues en 2019.

Depuis juillet 2019, les équipes de la Fondation Mukwege et de son partenaire local Yazda ont accompagné des femmes et des jeunes filles en leur fournissant :

  • Assistance médicale : les travailleurs sociaux de Yazda ont identifié les victimes nécessitant une assistance médicale et 29 survivantes ont été prises en charge. Par ailleurs, 25 bénéficiaires ont été acheminées vers différents services médicaux, psychosociaux et socio-économiques.
  • Assistance psychosociale : l’équipe sur place a procédé à des visites individuelles et 86 personnes ont reçu un soutien psychosocial. Des séances de groupe ont aussi été menées par les travailleurs sociaux pour initier un échange entre les survivantes.
  • Assistance socio-économique. Deux priorités ont été identifiées : les ateliers de formation et les kits d’hygiène. A ce jour, 71 femmes ont bénéficié de l’enseignement sur les moyens de subsistance en camp de déplacés et 20 survivantes ont reçu des kits d’hygiène.

« Je suis si heureuse ! Maintenant, je prépare moi-même des sucreries pour mes enfants à la maison. La formation était une bonne idée », témoigne Ahlam, une survivante mère de trois enfants.

La Fondation Sanofi Espoir a contribué, grâce à son soutien, à l’accès aux soins de première nécessité, à la mise en place d’un soutien psychosocial ainsi qu’à l’installation de cellules d’apprentissage pour les membres de la communauté yazidie. L’une des prochaines phases du projet consistera à analyser des besoins psychologiques des enfants vulnérables, afin de renforcer les capacités des praticiens concernés en Irak, tels que les psychologues et les travailleurs sociaux.

X

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

OK